ON PURGE BEBE
Léonie est en avance

mise en scène : Gildas BOURDET
assisté de Julia LENZE

avec
Cristiana REALI • Pierre CASSIGNARD • Dominique PINON • Marie-Julie BAUP • Corrinne MARTIN• Marc GUILLAUMIN • Sylviane GOUDAL

Décors : Jean-Michel ADAM
assisté de Juliette AZZOPARDI
Costumes : Brigitte FAUR-PERDIGOU
Lumières : Jacky LAUTEM

Entretien avec Gildas Bourdet

gildasbourdetNé en 1947 il entre en 1967 dans la compagnie d’amateurs havraise Le Tableau Gris où il joue occasionnellement et réalise la plupart des décors et des costumes. En 1969, il est membre fondateur du Théâtre de la Salamandre, qui devient compagnie professionnelle et dont il prendra la direction artistique en 1972. En 1974, Gildas Bourdet est nommé par le Ministère de la Culture a la direction du centre Dramatique National du Nord à Tourcoing. En janvier 1982, La Salamandre est promue Théâtre National de la Region Nord/Pas-de-Calais. En janvier 1995, Gildas Bourdet prend la direction du Theatre National de Marseille – La Criée qu’il dirige pendant sept ans. En juillet 2002, il prend la direction du Theatre de l’Ouest Parisien a Boulogne-Billoncourt. Depuis 2005 il travaille comme metteur en scene independant.

Lorsque Cristiana Reali et Pierre Cassignard vous ont apporté le projet, quelle a été votre réaction ?

Un Feydeau, ça ne se refuse pas. « On purge bébé » et « Léonie est en avance » sont des chefs-d’oeuvre, et ma foi, monter des chefs-d’oeuvre, c’est assez réjouissant. Quand on monte un spectacle c’est le plaisir que l’on a à fréquenter un auteur qui est la motivation première. J’avais déjà fréquenté Feydeau avec« La main passe », le retrouver me séduisait beaucoup; et qui plus est avec Pierre Cassignard et Cristiana Reali ! Depuis « les jumeaux vénitiens », j’attendais avec impatience l’occasion de retrouver Pierre. Quant à Cristiana, j’avais depuis longtemps envte de travailler avec elle, et encore plus depuis « Good Canary », où elle m’a époustouflée ! Je lui avais déjà proposé des pièces, mais nos dates ne collaient pas malheureusement.

« La main passe » est une pièce en plusieurs actes, « On purge bébé » et « Léonie est en avance » sont deux courtes pièces d’un acte. Deux styles très différents.

Ces « petits » Feydeau sont très différents de ses grandes « machines ,. . Ce sont des pièces beaucoup plus basées sur les comportements que sur la mécanique. Dons ses grandes pièces, Feydeau montre comment, en faisant tout pour les éviter, les personnages se précipitent vers les pi res catastrophes. Dons les pièces courtes, le facteur temps ne foncttonne pas de la même façon. La désagrégation des couples est là depuis le début. Il n’y a pas d’adultère, la crise est déjà dons le couple, elle vient de l’intérieur de celui-ci.

Dans la majorité de ses pièces en un acte, Feydeau parle de son propre couple, de ses échecs …

Sa vie n’était pas une vallée de roses. Mois ce serail faux de dire que Marianne Feydeau était responsable de tout Ce qui me frappe dans ces deux pièces, c’est qu’on assiste à la défaite des mâles censément dominants. les hommes n’ont plus d espace viable. Dons les deux pièces, les hommes sont littéralement submergés par les femmes. Il faut se rappeler que Feydeau a quitté le domicile conjugal en 1909 pour aller vivre à l’hôtel.

L’homme n’est donc pas maître dans son ménage ?

Dons ces pièces-là, les hommes ne sont pas des conquérants, pas des séducteurs non plus. Ils ne songent même pas à reconquérir des femmes dont ils se sont éloignés. Et si au regard de la société et du point de vue du code civil l’homme est le dominant à la maison, ce n’est pas du tout le cas. Il l’ est à l’extérieur, mais dans le strict espace du couple, il ne règne pas. Et en 1910, dans ce théâtre-là, ce sont les mêmes personnages qui sont sur scène et dans la salle.

Et en 2010?

Beaucoup de choses ont changé bien sûr, dans les rapports de couple, mais pas tant que cela. Ce qui est fascinant chez Feydeau c’est son art de nous faire rire du malheur conjugal et des catastrophes familiales qui en découlent.

Comment monte-t-on un Feydeau ?

Si je le savais, je ne le monterais pas ! Je crois simplement savoir qu’il faut être au plus près du texte. Pour le reste, chaque instant des répétitions avec les acteurs m’apporte des réponses. Le pire serait que je me croie plus intelligent que l’auteur. Pour que Feydeau soit drôle, il faut le prendre très ou sérieux.

Ces textes de Feydeau sont comme une partition musicale, qui s’interprète avec des instruments, les comédiens

Oui, le texte est un cadre à l’intérieur duquel les libertés d’interprétations sont multiples. Dons « On purge bébé » Cristiana va jouer julie Follovoine, ce qui pour elle est assez naturel. Mois dans « Léonie est en avance » elle sera Madame Virtuel – un rôle incroyable que cette sage-femme qui n’a rien à accoucher- qui est à priori un contre-emploi pour elle. Je trouve ça très courageux de sa part, trop peu d’acteurs vont là où on ne les attend pas. Elle est une grande actrice qui va explorer de nouvelles facettes de son talent grâce à Feydeau. Il me semble que si l’on fait du théâtre, c est pour être autre chose que soi-même. Dans « Les jumeaux vénitiens », Pierre avait un double rôle, là aussi, emploi et contre-emploi. C’est un comédien de grand talent, bosseur, et qui a un sens réel de la comédie. Quant à Dominique Pinon, nous devons en être à notre sixième collaboration. Il a déjà beaucoup pratiqué le comique, il est chez
Feydeau comme chez lui, avec sa démesure personnelle en plus. Depuis le début des répétitions, le plaisir est au moins égal à ce que 1′ espérais. Il y a une connivence formidable entre nous
tous.


  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08